• Vanessa

5 gestes anti-inflammatoire



L'été dans le sud de la France est une saison plutôt chaude et rime souvent avec la saison propice aux feux de forêt.

La nature devient plus vulnérable à cet élément qui ne laisse pas grand chose sur son passage.

Dans notre corps parfois c'est un peu similaire : c'est la saison des feux! On nomme cela l'inflammation.

A vos extincteurs, nous passons en revue dans cet article 5 gestes contribuant à aider à réduire l'inflammation.


1/ Le curcuma


C'est une des plantes star anti-inflammatoire. Elle est originaire d'Asie et peut être trouvée en poudre ou fraîche sous forme de rhizome.

D'un jaune très vif (vos doigts s'en souviendront!!), sa couleur si caractéristique contient de la curcumine qui est le principe actif ayant un effet anti inflammatoire.


Afin d'améliorer l'assimilation de ce dernier vous pouvez l'accompagne soit de matières grasses, soit de poivre ou encore d'ananas, gingembre et fenugrec.


Le petit plus du curcuma est son aspect protecteur des organes digestifs tel que le foie, l'estomac et intestins.

Utilisé depuis des centaines d'années en médecine traditionnelle chinoise, et en médecine ayurvédique, il sera un allié précieux pour vous aider dans le processus inflammatoire.


2/ Le earthing ou grounding


Si vous n'avez jamais entendu ce terme anglo-saxon, sa traduction vous parlera sans doute c'est la connexion à la Terre.

Cette connexion se fait par le biais de vos pieds. Vous vous posez alors peut être la question du lien entre l'inflammation et connecter ses pieds à la Terre.


Et c'est ce qu'on pourrait appeler l'anti inflammatoire originel. Il n'est alors pas étonnant que durant des millénaires l'Homme marche pied nu sur la terre et que les animaux sauvages préfèrent se coucher à même le sol plutôt qu'isolé de celui-ci.


Comment est-ce possible?

Par le transfert d'électrons à charges négatives émanant du sol nous aidant alors à éliminer les radicaux libres. La Terre est alors un des grands antioxydants et anti inflammatoires à porter de tous.


3/ Les bonnes graisses


Le gras lorsqu'il n'est pas consommé en excès, qu'il est de qualité et qu'il n'est pas seulement un acide gras saturé peut contribuer à la réduction de l'inflammation.


Les acides gras saturés vont avoir un effet beaucoup plus inflammatoire. Je vous conseille alors de réduire des aliments de type : charcuterie, viennoiserie, friture, plats préparés, huile de palme, beurre, chocolat, margarine, fromage, biscuit, viande rouge.... Et augmenter en acides gras polyinsaturés de type, omega 3.


Si vous consommez déjà de cette manière, les conseils ci-dessus ne sont pas nécessaires. Vous pouvez trouver les oméga 3 dans des huiles de première pression à froid tel que : lin, cameline, chanvre, colza, noix.

Mais aussi dans les graines de chia, dans les oléagineux comme les noix mais aussi les graines de lin de chanvres, les poissons gras tel que le saumon, hareng, maquereaux, sardines et des plantes comme le pourpier.


C'est le suédois Bengt Samuelson qui a découvert le mode d'action des eïcosanoïdes (qui sont des dérivés d'oxydation d'acide gras) sur l'inflammation.

Ils modulent l'ensemble des phénomènes inflammatoires et immunitaires.


Il existe différent eïcosanoïdes ou plutôt différentes familles qui vont être plus ou moins pro inflammatoire. Les omegas 6 seront par exemple plus inflammatoire que les oméga 3.


Il est donc nécessaire d'avoir un juste équilibre et un apport oméga 6 et 3 dans les règles de l'art. Pour cela je vous invite à consulter l'article ici.


4/ Equilibrer son apport en protéines animales


Depuis quelques temps déjà, les protéines animales sont montrées du doigt. Je souhaite ici vous apporter de l'information sans diaboliser quoi que ce soit. Cela vaut pour la viande animale comme d'autres aliments. J'aime beaucoup la phrase qui dit la dose fait le poison.


En effet les protéines animales vont avoir un impact plus inflammatoire que d'autres aliments. Son caractère acide va alors entretenir l'inflammation. De plus les acides gras saturés qu'elles contiennent participent également à ce cercle vicieux (attention cela varie selon les viandes. La viande blanche sera moins contenante d'AG saturé).


Il est donc important d'apporter une quantité suffisante de légumes lorsqu'une protéine animale est consommée. De veiller également à varier les types de protéines avec des végétales tel que le quinoa, l'association céréales / légumineuses, le soja...


5/ La gaulthérie


De nombreuses plantes pourront vous aider à soulager l'inflammation. Des plantes comme le cassis, l'harpagophytum, le laurier noble ou encore le saule blanc. Toutefois ici nous nous attarderons sur la gaulthérie.


Elle est souvent utilisée en huile essentielle et permet de soulager les douleurs dues à l'inflammation au niveau articulaires, ligamentaires, musculaires..


Elle sera donc d'une grande aide. Son caractère antalgique et anti inflammatoire est dû à sa composition faite de salicylate de méthyle à plus de 95%.


Ne jamais prendre à la légère l'application d'huiles essentielles et vous reporter à l'avis de professionnels.




L'inflammation est la traduction comme tout symptôme d'un déséquilibre de votre terrain. Revenir à l'équilibre par le biais de différents outils et en rechercher la cause voilà tout le travail du naturopathe qui pourra vous aider sur le chemin de votre équilibre.


Vanessa


Copyright - Vanessa Dompé