• Vanessa

L'audace nous rendra libre



Un bouquin dont il émane un souffle de liberté. Une bulle d’oxygène nous rappelant qu’oser est le premier pas vers d’infinie possibilités dont leurs réalisations amènent à se libérer.

Linda Bortoletto, l’auteur, nous partage son expérience, sa vision et nous encourage à s’extraire du conformisme lisse et sans relief, pour affirmer notre singularité et briller. Pour cela un ingrédient indispensable : l’audace.

L’audace nous décrit elle : est un élan, une sorte de force invisible qui nous pousse à avancer, nous élever et agir pour aller vers l’extraordinaire.


Le chemin vers la liberté.


Linda partage avec ses lecteurs, son parcours et sa découverte il y a six ans, lorsqu’elle avait 30ans, de la liberté. C’était au bord de la mer de Béring. Non non elle n’était pas parti avec tata Renée et tonton Gilbert faire le tour en bus en moins de 10 jours chrono!!

Après un événement émotionnellement difficile, la mort de son père, ses repères ont alors volé en éclat. Deux choix s’offrent alors à elle: se relever ou chuter.

Ses premiers pas effectués, vont l’amener à quitter cette vie construite avec succès mais nous décrit elle, la conduisait à sa perte.

Elle quitte donc sa vie parfaite sous tous ses aspects (mari, carrière, confort…) et part en Sibérie où elle rencontrera des nomades éleveurs de rennes (ça claque beaucoup plus qu’éleveur de cochons dindes non??), dont l’expérience est racontée dans son premier livre : Là où je continuerai d’être.

Les premiers pas me furent inoubliables, puisqu’ils signèrent là mon pacte avec la liberté.

S’alléger


Elle nous encourage à nous alléger afin de pouvoir accéder au chemin menant à la liberté.

Comme si vous posiez à terre ces lourds sacs de ciment qui vous empêchent d’avancer, voir qui vous immobilisent.

Ces sacs contiennent nos croyances, nos peurs, nos illusions, notre éducation qui nous donnent autre choix que de rester dans une sorte d’immobilité rassurante. Soumis à la lourdeur du conformisme, nous apprenons à imiter et non plus créer.


Nous ne faisons pas nous faisons comme.

Ne serait-il pas temps de nous alléger ? Ces écrits nous invitent non seulement à nous questionner mais également à passer à l’action.


Agir


Le premier pas  décrit dans ce récit, est à la fois le plus angoissant mais aussi celui qui signe le départ d’une marche, qui une fois initier bénéficie de l’élan des précédentes et dieu sait si cela parlera à certain.

Un mécanisme psychique émerge alors par la création d’un nouveau circuit neuronal, qui lorsqu’il est répété se renforce et devient un automatisme. Laissons émerger dans notre esprit, le sens que nous voulons donner à notre vie, oser ouvrir l’écrin de notre pourquoi et agissons pour le faire exister. Voilà une belle proposition faite par ce livre.

Agir commence par le biais de la parole. Le simple fait de le verbaliser l’enracine dans notre chair et transforme une énergie comme l’est l’idée, en matière. L’exprimer permet alors de sceller notre engagement à l’action.

Il nous est expliqué  l’étape lui succédant : le « comment » et à cette fin, la clarifier, transformer le projet en différents objectifs. Donner de la consistance à ce que nous avons osé créer.

Enfin vient l’étape de l’exposition et de l’explication du pourquoi. Pourquoi nous avons mis tant de coeur et d’énergie en ce projet, cette idée, cette évidence.


Libérer sa marche pour libérer son âme


Il y a des passages dans les livres qui restent graver comme le souvenir d’une émotion intense. Voilà celui qui m’a particulièrement touché :

 » La marche est un dialogue du corps avec l’âme. L’un et l’autre se mettent en mouvement pour nous offrir une unique expérience sensorielle du monde qui nous entoure. Le corps s’affûte, les sens s’aiguisent, les pensée s’élargissent et l’âme se dévoile….En nous reliant à notre corps, la marche nous relie à nous même et à nos origines. Le propre de l’Homme est de marcher. En marchant, il pense, en pensant, il crée, en créant il évolue. »

L’auteur nous explique les bénéfices apportés par la marche, exercée tout au long de ses lointaines expéditions. L’émancipation et l’assouplissement de sa pensée, l’amenant naturellement à une pensée créatrice et révélatrice.


Le corps nous parle et c’est en réinvestissant nos corps que nous l’entendons.

Cette invitation à nous relier à nos sens, est un appel à nous relier à la nature dont nous sommes issus mais aussi que nous incarnons.


Un coup de coeur


Nous sommes parfois attirés intuitivement par un livre, par un auteur ou tous simplement par une couverture. Cette intuition, aspect abordé dans le bouquin est parfois étouffé par le système éducatif et par le mode de fonctionnement de notre société. Elle affaiblit cette dernière.

Mais madame intuition ne disparait jamais à qui sait l’écouter. Et c’est elle qui m’a amené à acheter ce petit bijoux de positivité.

Il parlera à certain, il parlera moins à d’autres. Ce qui est sur c’est qu’il nous relie tous en venant parler à notre sensibilité. Un hymne à l’émergence de nos particularités. Un réveil qui semble indispensable d’effectuer afin de faire bénéficier à notre monde de chaque pépite se cachant en nous.


Car le but d’oser être qui nous sommes avec toutes nos singularités ne serait ce pas :assumer être une pièce d’un tout beaucoup plus grand qui ne peut qu’exister qu’en nous rassemblant tous.


Un peu comme une cellule qui lorsqu’elle est n’est plus observée au microscope nous donne le recul nécessaire pour voir l’organe tout entier.

Un livre et une auteur très inspirante qui ne peut qu’apporter une vision positive et transmettre une expérience pouvant bénéficier à chacun. Un booster nous insufflant un vent d’énergie pour amener les changements que nous jugeons nécessaire dans nos vies.


Il nous appartient d’être audacieux, il nous appartient d’être LIBRE.

Vanessa

Copyright - Vanessa Dompé