• Vanessa

Bien choisir ses huiles

Mis à jour : 19 oct. 2018




Le choix des huiles alimentaires utilisées n’est parfois pas vraiment réfléchi. Nous allons dans notre commerce habituel et achetons une bouteille d’huile. Souvent celle dont on nous a vanté les mérites sans savoir pourquoi certaines seraient plus appropriées que d’autres. Nous ne considérons souvent pas les huiles comme un élément de notre santé comme peut l’être les fruits ou les légumes.

En disant cela j’exagère un peu ! Car les personnes voulant faire attention à leur ligne ou atteint de pathologies où le gras est largement surveillé, la considère comme un élément de santé. Le plus souvent elle sera alors diminuée en terme de quantité. Voir même pour certain supprimer. Mais la qualité n’est pas souvent abordée, ni même la variété.

Dans cet article, je vous invite à poser un regard différent sur ces sources de santé et surtout de savoir pourquoi certains procédés de fabrication ne sont pas favorable à celles-ci.


Pourquoi choisir une huile pression à froid ?


La fabrication des huiles peut se faire de différentes manières. Il existe trois modes d’extractions : par pression à froid, par pression à chaud et par solvant chimique.

  • Extraction par pression à froid

Cette méthode consiste à presser mécaniquement et à vitesse lente. Ceci afin de ne pas créer d’échauffement qui aurait des conséquences sur la qualité nutritive de celle ci (faire chauffer un aliment selon le degré modifie les atomes dans l’espace et a des conséquences sur notre organisme). L’inconvénient du pressage à froid se situe d’un point de vue économique. Car il laisse 1/3 d’huile dans les résidus, alors que la chaleur diminue les pertes à hauteur de 5% et l’ajout de solvant la diminue jusqu’à 1%.

  • Extraction par pression à chaud

Cette extraction se fait généralement avant le raffinage des huiles. Son intérêt est d’obtenir une quantité d’huile plus importante, diminuer les pertes. L’inconvénient, la chaleur en altère la qualité.

  • Extraction par solvant

Ce procédé fait appel à la pétrochimie (de suite c’est moins glamour non???!) dont le nom de la substance est l’hexane. Le mélange huile/hexane est alors chauffé afin que le solvant s’évapore. L’hexane est un solvant qui a des conséquences sur la santé. L’université d’Oxford conclut à des possibles atteintes du système nerveux central, des altérations de la fertilité… Les détracteurs joueront sur la quantité d’exposition. Je vous laisse vous faire votre propre opinion. Les doses restantes dans les huiles sont en dessous des doses maximum réglementées. Cependant une exposition à long terme pose la question des conséquences. L’héxane n’étant pas métabolisé par notre organisme et étant une substance liposoluble, celui-ci va donc s’accumuler dans les graisses de notre corps (organe riche en acide gras comme le foie, les cellules nerveuses..). Il n’est pas excrété dans les urines d’où le stockage de celui ci.

Un solvant provenant du pétrole et et de gaz naturel personnellement ça ne me fait pas rêver. On est loin de la plage de sable blanc à l’autre bout du monde!

Le raffinage est ensuite effectué sur les huiles extraites. Les noms sont un peu barbares car ces derniers sont : le dégommage, le raffinage, la décoloration, la désodorisation. Tout cela a pour but d’obtenir des huiles de couleur, odeur et goût « marketing », une huile qui se vend! L’huile doit avoir une couleur parfaite, une odeur assez neutre, un goût pas très prononcé et ne pas rancir.

Ce qu’il me semble important de retenir c’est que ces différents procédés enlèvent les vitamines et minéraux indispensables à notre santé. La transformant d’une huile vivante en une huile morte. Devenant alors délétère pour notre santé.


Afin qu’une lampe continue de briller, il faut y ajouter de l’huile. Mère Teresa

La variété est une richesse


Cette phrase nous pouvons l’amener à tous les sujets. Nous le savons, ce qui fait la richesse de notre monde c’est la variété. La variété des espèces végétales amenant chacune des bienfaits et se complétant les unes les autres, la variété des animaux permettant le parfait équilibre de notre écosystème, la variété des humains qui nous permet d’avoir un monde si intéressant, si riche et cela se transfère également à notre sujet : les huiles.


Personnellement j’ai été élevée avec une variété d’huile alimentaire restreinte : olive, tournesol, colza et noix car mes parents n’avaient pas connaissance d’autres huiles.

Lorsque j’ai appris qu’il en existait une multitude je me suis posée la question « mais pourquoi nous ne savions pas? »


Soyez donc curieux, ayez de l’enthousiasme à apprendre et expérimentez différentes huiles. Chacune bien évidemment apporte des choses différentes et peuvent être plus ou moins appropriée selon nos besoins et le but recherché.

Chacune apportent des propriétés qui lui sont propres et des acides gras différents.


L’essentiel de mon point de vue est de consommer des huiles bio de qualité de première pression à froid voir pression à froid.


Je vous donne juste une liste afin de vous montrer la variété existante : colza, noix, cameline, carthame, lin,soja, tournesol, sésame, chia,onagre, bourrache, argan, olive, chanvre, noisette,coco, pépin de raisin, navette, oeuillette, de pistache, de pignon de pin, de pépin de courge…. et dire que nous nous privons de ce bel éventail.

Certains acides gras étant fragiles, la lumière et la conservation au frais est indispensable. Retenez qu’à part l’huile d’olive de coco de coprah et de palme toutes les autres doivent être conservées à l’abris de la lumière et au frais après ouverture.

J’écrirai un article sur les différents types d’acide gras, ainsi que l’importance de consommer des AGE (acides gras essentiels) non synthétisés par notre corps.


Cet article a d’abord pour but de vous informer sur l’importance de la qualité des huiles choisies.


Alors vous testez laquelle ??


Copyright - Vanessa Dompé