• Vanessa

Rencontre avec Cathy et l'ostéopathie




Cette interview a été effectuée dans le cadre de mon ancien blog : Liberté mon amour. Des questions en lien avec la liberté avaient donc été posées.


Catherine Meyer exerce l’ostéopathie mais pas que à Aix en Provence et j’ai eu un plaisir immense à la rencontrer pour cette interview.

Il émane de Cathy un concentré de gentillesse, de bienveillance, de calme et de joie. Un petit bout de femme qui est une passionnée de la vie et qui par son beau sourire vous transporte dans un monde aux milles couleurs.


Avec Cathy nous avons parlé de son parcours, de ce qu’est l’ostéopathie pour elle, aux qualités qui lui semblent indispensables pour son exercice, mais aussi le caractère préventif de celle-ci, sans oublier son point de vu sur ce qu’est la liberté.

Prenez donc le temps de savourer ce bel entretien fait un beau jeudi de mars et qui vous dévoilera à travers son regard ce qu’est cette technique de libération. Et qui je pense peut vous informer sur certains moments de votre vie où faire appel à cette technique peut être opportun.


Cathy, quel est ton parcours ?


J’ai côtoyé beaucoup d’ostéopathes durant mon adolescence car je faisais de l’athlétisme à haut niveau. Je me souviens avoir était traitée pour mon genoux et ce dernier a pu m’aider et me soulager en manipulant le genoux opposé et j’ai trouvé cela extraordinaire. J’ai donc compris qu’il y avait beaucoup de liens qui se faisaient dans le corps et j’ai voulu comprendre et en savoir plus.


Le point de départ a été la curiosité se portant sur l’anatomie humaine et le fonctionnement du corps humain.


J’ai donc opté pour une filière scientifique en passant le BAC S, et j’ai ensuite passé les concours pour rentrer dans une école d’ostéopathie sur Aix en Provence.


J’ai également commencé à me former à la naturopathie. Car je me suis rendue compte que l’ostéopathie permettait de bien comprendre le corps humain mais qu’il manquait des éléments pour faire des liens au niveau de l’être humain dans sa globalité.


Je souhaitais comprendre d’où pouvait venir certains blocages se situant dans le corps. J’avais l’expérience d’un patient que je manipulais au niveau des viscères abdominaux et le résultat était positif car il n’avait plus de douleur. Cependant il est revenu un mois plus tard avec exactement les mêmes blocages. J’ai donc cherché d’autres liens : au niveau squelettique, au niveau des échanges des liquides du corps…cela lâché au moment venu mais revenait encore et encore.


Je me suis donc posée la question sur son hygiène de vie, comment il s’alimentait, comment il gérait sa vie. Je ne souhaitais pas que ce patient revienne tous les mois mais pouvoir l’aider en comprenant la cause de ses manifestations qui se situées ailleurs.


Il est très intéressant de faire les liens entre les tensions physiques et ce que nous vivons du point de vu émotionnel


Quelle est ta vision de l’ostéopathie ? Nous avons souvent la vision de l’ostéopathe qui intervient sur un blocage, est ce le cas ?


Oui bien sur nous intervenons sur des blocages au niveau du squelette, des muscles mais son but premier est de rétablir une homéostasie, un équilibre général au niveau du corps.

Cet équilibre ce n’est pas forcement une symétrie car nous pouvons être équilibré dans notre déséquilibre. C’est un des principes de la vie qui s’applique dans le corps également.


Pour cela, je vais chercher des tensions, qu’elles soient musculaires, viscérales, liquidiennes et je vais faire en sorte que tout bouge harmonieusement sans blocage.

C’est un outil de libération de tensions, de blocages. Les tensions peuvent être partout et ne pas être réduites aux os ou aux muscles mais aussi grâce aux fascias. Les fascias sont des tissus conjonctifs qui relient toutes les parties du corps les unes avec les autres. Nous pouvons faire des chaines partant de l’orteil jusqu’à l’oreille. Dans ces fascias tout reste imprimé. Que ce soit des chocs physiques mais pas que. Des chocs également émotionnels et cela peut créer des noeuds.


Vous trouverez un reportage ici sur les fascias très intéressant : https://www.youtube.com/watch?v=pVRzBosOZ5s


C’est pour cela qu’il est très intéressant de faire les liens entre les tensions physiques et ce que nous vivons du point de vu émotionnel. Lorsque nous dénouons des blocages il peut se passer des choses au niveau émotionnel. Dans cette dimension la naturopathie va m’aider aussi à gérer cela chez les patients.

Il y a trois points en ostéopathie :

  • Au niveau squelettique : les muscles, les os. En général c’est ainsi que l’ostéopathie est vu. Une discipline par laquelle le praticien va faire craquer le corps pour remettre en place.

  • Au niveau viscéral : ici nous travaillons sur le mouvement propre de chaque organe que ce soit viscéral, abdominal, digestif mais aussi génital, pulmonaire, cardio vasculaire ou cérébrale.

  • Au niveau crânio-sacré : ici c’est tout ce qui concerne le fonctionnement à l’intérieur ou à l’extérieur du crâne. Qui va passer par la colonne que ce soit la moelle, les nerfs ou les vertébres et qui finit au niveau du sacrome.


Ces trois aspects là que tu viens de me citer sont appris dans toutes les écoles ?


Non pas toutes. Dans l’école où j’ai été formée c’est le cas effectivement. Nous y passons en gros 1/3 du temps de formation pour chaque catégorie. Il y a des formations qui ne travaillent que sur le musculo squelettique.

Aujourd’hui il existe un agrément qui protège ce genre d’enseignement et donc les patients par la même. Ce qui est important de savoir pour les personnes qui souhaitent faire appel à un professionnel ayant reçu les trois aspects c’est que ce dernier est reçu en plus du diplôme de thérapie manuelle celui d’ostéopathie. Cela sera spécifié par les lettres D.Oaprès le nom du praticien ou après le terme ostéopathe (ostéopathe D.O).

Si ce n’est pas le cas il sera conseillé de vous renseigner si vous souhaitez être manipulé par un thérapeute formé avec ces trois aspects.


 L’envie de se donner pour l’autre une qualité indispensable


Quelles sont pour toi les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?


Beaucoup pensent que ce serait le touché, la sensibilité au touché. Personnellement je ne suis pas d’accord car je crois que cela se travaille, cela s’apprend.

Pour moi les qualités nécessaires seraient une envie de se donner pour l’autre. Avoir cette énergie et cet élan tourné vers l’autre. Sans cela je pense qu’au bout d’un certain temps on arrête. Car le corps humain est passionnant et le thérapeute serait alors un bon mécanicien mais pas un ostéopathe. Car il ya indéniablement le côté humain indispensable pour pouvoir se donner pour l’autre.

Je pense qu’il faut être également extrêmement curieux car on ne finit jamais d’en apprendre sur le corps humain et sur le vivant.

Il faut sans arrêt replonger dans les livres réapprendre l’anatomie, la physiologie. Aller chercher au delà de notre formation (par exemple je suis allée voir des corps donnés à la science pour me rendre compte comment était l’être humain à l’intérieur. Pouvoir toucher aide à comprendre beaucoup de choses et à visualiser). Il faut être prêt à aller loin dans le savoir.


Qu’est ce qui te passionne dans ton métier ?


Les relations humaines, vraiment…et cela depuis toujours. Avant même de savoir que j’allais devenir ostéopathe. La relation avec les autres c’est passionnant. J’adore les gens. C’est mon moteur. Savoir que le patient arrive et que je vais rencontrer quelqu’un. Et ça c’est génial.

En même temps la mécanique du corps aussi me passionne. Comprendre comment ça s’articule. Voir les relations entre toutes les fonctions.


Du moment que nous pouvons nous épanouir, c’est que nous sommes libre.


A qui s’adresse l’ostéopathie ? Est ce autant pour les femmes enceintes, les bébés…?


Totalement à tout le monde. Car à la base l’ostéopathie est une technique préventive,comme l’est la naturopathie.


C’est important par exemple chez les bébés car l’accouchement est un des plus gros traumatismes que nous vivons et il est important d’être accompagné à ce moment là.

Dès la naissance, les ostéopathes peuvent aider les enfants. Il n’y a pas d’âge. Au plus tôt le bébé est pris en charge au mieux c’est. Au plus se sera facile et au moins ça fera mal.


Nous avons dans les cabinets parfois des personnes de 20 ou 50 ans avec les blocages occasionnés lors de leurs naissances. Les forceps, la césarienne crée des façons parfois de se développer qui fait que la sensibilité se situent sur certains points. Au plus l’âge sera avancer au plus rétablir ne pourra pas s’effectuer de manière complète. Ce n’est pas systématique bien évidemment mais connaître les conditions de notre naissance peut être intéressant.


Pour les femmes enceintes également. Cependant je mettrai un bémol sur les trois premiers mois où personnellement je ne pratique pas. Cas exceptionnel de pied foulé etc mais généralement je pratique après le 3ème mois par précaution. La où c’est très intéressant c’est bien sur pour les douleurs de grossesses. Mais l’ostéopathie est très intéressante pour les bébés qui ne se retournent pas. Ce nest pas violent du tout, c’est en douceur, à quelques semaines d’intervalles, plusieurs fois pour donner l’élan. Ca fonctionne très bien.


En prévention également de l’accouchement, même si la maman et le bébé vont bien. Cela afin de libérer certaines tensions dont la finalité est un accouchement plus rapide. Nous avons des statistiques qui montrent que les bébés suivi pendant la grossesse viennent au monde plus rapidement et de manière moins douloureuse.


Les personnes agées également avec un suivi médical à côté. Pour les maladies graves également. Nous ne soignons pas les maladies mais nous pouvons accompagner que ce soit des cancers, maladies auto immunes…afin de soulager les effets secondaires, et les blocages qui apparaissent, des problèmes de sommeil aussi.

Pour les sportifs, mais cela se sait beaucoup plus.


Pour les adolescents qui ont des problèmes de développement de leur mâchoire. Souvent les personnes ne le savent pas et l’adolescent se retrouve avec un appareil.Parfois nous pouvons agir sur cet aspect là et libérer certaines tensions qui aide.


Quelle est ta définition de la liberté et quelle place elle a dans ta vie et dans ton métier ?


C’est une notion importante pour moi. Si j’ai choisi ce métier c’est aussi pour la liberté de pouvoir pratiquer comme bon me semble et surtout de la manière qui est bonne pour le patient. Je peux totalement m’adapter comme je le souhaite, sans pression.

Pour moi la liberté c’est l’indépendance et l’épanouissement.

Dans mon métier je le retrouve car je m’épanouie complètement ainsi que dans ma vie perso. Du moment que nous pouvons nous épanouir c’est que nous sommes libre.


Un mot, une citation qui pourrait te représenter, ou caractériser ta pratique ?


J’adore le mot HOMEOSTASIE. C’est un équilibre constant et en mouvement. Il n’y a pas de stase, ça bouge. Ca s’adapte tout le temps en harmonie avec soi avec l’environnement. C’est ce que je cherche à rétablir chez le patient. J’essaie aussi d’entretenir cela dans mes relations pro comme personnelles. Et c’est ce que j’aime dans mon métier. Je retrouve cela partout.



Merci infiniment à Cathy d’avoir partager son temps pour répondre à mes questions. Une belle âme que j’ai le plaisir de connaître et qui m’a donné l’occasion d’en apprendre plus sur sa pratique et sur ce qui la motive.

J’espère que cette interview vous permettra de découvrir un autre aspect de l’ostéopathie peut être moins connue pour certains ou certaines et de le découvrir à travers les yeux bienveillants de Cathy.

Vous pouvez retrouver Cathy ici (consultation sur Aix en Provence 7j/7 se référer au site internet ci après pour plus d’information) https://permanenceosteoaix.com/

Copyright - Vanessa Dompé